MUSIQUE EN MOUVEMENT

Stage pour instrumentistes

Grâce à sa formation corporelle et musicale, et ses recherches artistiques alliant flûte traversière et mouvement, Elsa Marquet Lienhart a développé sous l'appellation «Musique en mouvement» des «outils» qu'elle transmet aux musiciens dans un objectif de bien-être instrumental, corporel et scènique, mais aussi dans un désir de recherche expérimentale sur le rapport musique/mouvement.

En dehors des moments où le musicien joue de son instrument, c’est le seul artiste vivant ayant une gestuelle usuelle sur scène (se balancer d’un pied sur l’autre, se gratter le nez, regarder le sol...)


Un travail s’effectue donc d’abord sur la conscience corporelle et spatiale du musicien à travers des exercices inspirés de techniques somatiques, mais aussi sur la démarche, le tonus, la vitesse des mouvements, les gestes qui échappent... Cette prise de conscience permet un état de présence scénique, voire une formalisation du corps. Cela peut aussi amener une amélioration du son et une plus grande liberté dans le jeu instrumental.

 Admirative de Karlheinz Stockhausen, qui a écrit des pièces pour musiciens en mouvement,

Elsa Marquet Lienhart propose une exploration des possibilités de mouvements autour de la position inhérente au jeu de l'instrument.

Quelles parties du corps sont nécessaires à la production sonore?

Celles qui peuvent se mouvoir sans influer sur la qualité du son?

Peut-on bouger des fragments de corps ou le corps entier dans sa globalité? Peut-on jouer immobile?  

Comment le corps peut-il s'organiser autour d'un instrument fixe dans l'espace?

 

Certes, certains mouvements altèrent le son, mais répertoriés, pourraient-ils servir à créer une nouvelle musique?

Comment, en sortant des cadres de jeux habituels, une corporalité différente peut amener de nouveaux sons et manières de jouer de son instrument? Jouer au sol, à une main, de manière percussive, en sautant, en tenant l'instrument différemment... 

Le mouvement seul a aussi sa propre musique, une musique visuelle. Nourrie par le travail du Théâtre du Mouvement qui a développé le concept de «musicalité du mouvement» en jouant sur la durée, la vitesse, la force, les articulations... Elsa Marquet Lienhart a créé des analogies entre les termes musicaux et corporels pour permettre plus de précision.


L’instrumentiste (et chanteur) peut «musicaliser» ses mouvements et jouer en même temps. Quelles sont les possibilités d'articulation, d’organisation et de dialogue entre la musique du mouvement (visuelle) et la musique instrumentale ou vocale (sonore)? Mimétisme, opposition, contrepoint, causalité, canon...
Ce double travail développe une grande capacité de dissociation et de coordination.

A travers la prise d'espace, la formalisation des corps et la recherche de nouvelles manières de jouer, nous pouvons assister à l’apparition d’images métaphoriques et d’éléments dramaturgiques permettant une approche différente de la création musicale.

 

A l’heure de la pluridisciplinarité et de la transversalité, la mise en mouvement des instrumentistes ne donnerait-elle pas la possibilité d’un nouveau mode de représentation de la musique, d’apparition d’une nouvelle forme de concert?

PROCHAINEMENT:

>> Atelier-conférence MUSIQUE EN MOUVEMENT

le 3 septembre 2019 au Conservatoire du 5eme arrondissement de Paris pour les professeurs des conservatoires de la ville de Paris

>> Stage de Week end MUSIQUE EN MOUVEMENT

les 19 et 20 octobre à la MJC CALONNE SEDAN (08)

 

>> Atelier-conférence MUSIQUE EN MOUVEMENT

le 13 janvier 2020 à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (Suisse)

>> Stage de Week end MUSIQUE EN MOUVEMENT

les 18 et 19 avril 2020 au Théâtre du Mouvement, Paris

Pour plus d'informations, me contacter

Crédit photos: Jean Luc Warrin, Montmélian, décembre 2016